Anecdote de voyage.

Dans un élan de nonchalence, je ne me suis pas crèmé les pieds lors d’une journée passablement lumineuse en République Dominicaine, avec pour résultat un coup de soleil de la mort. Mais la, VRAIMENT de la mort. Techniquement en fait, c’était une brûlure au premier degré.

Toujours est-il qu’avec ce genre de brûlure, tu ne peux pas trop trop marcher. Encore moins avec des souliers ou des sandales. Alors j’ai essayé tant que j’ai pu jusqu’à ce qu’une sympatique Suisse vienne me voir pendant que je mangeais :

- Je te regarde depuis tantôt. Ça pas d’allure ton affaire.
- Mes pieds ça?
- J’ai jadis eu des brûlures sur 50% de mon corps – je suis une grande brûlée – et je sais ce que tu endures actuellement et surtout ce que tu vas endurer demain si tu ne les soigne pas.
- Demain? Comment ça?
- Ça va pas s’améliorer, la brûlure va continuer son chemin dans ton épiderme et s’aggraver. L’infection va prendre. Bref, tu vas vraiment souffrir longtemps. Alors va MAINTENANT à la clinique de l’hôtel. MAINTENANT!

… ce que je fis.

Parce que bon, je me disais aussi que le rhum allait perdre de son effet anasthésiant pendant la nuit et que je devrais trouver une solution pour dormir.

Alors je suis arrivé à la clinique, et c’est là que la facturation a débuté. 125$ US pour la consultation, 150$ pour les injections d’anti-inflamatoires, anti-douleurs, ibuprofène (que je n’ai pas acheté, à 20$ l’unité considérant que j’avais amené des Advil avec moi).

< parenthèse >

Au moment d’avoir ma piqûre dans la fesse, alors que la seringue était à 2 pouces de mon derrière et que l’infirmière s’inquiétait de mon état après l’injection considérant que j’étais quand même pas mal feeling et que c’était pas trop compatible avec le médicament, ben : PANNE D’ÉLECTRICITÉ.

Dans tout le complexe!!! M’semble que si t’as UNE place pour mettre ta génératrice, c’est dans la clinique que tu la mets… pas dans la DISCOMOBILE!!!! Viarge!!

On m’a piqué je-sais-pas-quoi dans la fesse, en espagnol, éclairé par une lampe de poche, pendant que ma chérie tenait mon énième Rhum & Coke en riant de ma gueule et en prenant des photos que vous ne verrez JAMAIS.

< /parenthèse >

Au final :

- 450$ US pour un coup de soleil qui aura au moins guéri très rapidement.

- Une clinique qui s’en sera mis plein les poches en me vendant des gazes stériles à 8$ l’unité, des bandages à 12$ et un obscur « frais divers » à 44$.

J’ai au moins j’ai une assurance qui va – normalement – tout rembourser. Je me suis plus que jamais senti heureux de compter sur nos soins de santé publics. Et je trouve que c’est bon de se le rappeler – même si c’est juste pour 450$ – une fois de temps en temps.

Commentaires Facebook

2 commentaires pour “J’ai goûté à la médecine privée”

  • LOL!

  • À lire avec un accent espagnole:

     » Tou séra moun ami qué la discomobile, c’est vitale! Sans la danse, cé sérait lé chaos! »

Ajouter un commentaire

Additional comments powered by BackType

blogue / Catégories

Twitter @emilegirard

RSS Liens partagés

Mots-clefs

Ailleurs

Méta