Personnellement, je crois que tôt ou tard, Twitter va inévitablement crever.

Pas Twitter le principe, on s’entend. La communication et les interactions sur le web sont bel et bien là pour rester. Je parle ici de Twitter « la chose » (le site, le brand, le canal, la façon).

Je m’amuse donc ce soir à vous poser quelques questions ouvertes, question de brasser la cage sur les idées préconçues et les auréoles dorées. Saurez-vous me convaincre du contraire?

Ah, et prenez évidemment ça pour du cash; je suis un social-media gourou après tout…

  1. Twitter est un simple outil, pas une fin en soi. Pouvez-vous vraiment justifier sa pertinence à long terme considérant qu’il ne crée ni la nouvelle ni le contenu; se contentant de la relayer d’une manière où n’importe quelle autre plateforme plus complète et mieux intégrée pourra aisément le remplacer?
  2. Vous voyez-vous vraiment dans 5 ans être encore là à vous influencer en gang avec des  messages textuels dans un format aussi platonique?
  3. Quand ça deviendra trop populaire, est-ce que les fameux influenceurs de la place ne trouveront-ils pas une alternative pour quitter tout ce « bruit » et défricher d’autres territoires? Parce qu’il ne faut pas se le cacher, y sont comme ça les influenceurs : ils ne supportent pas un médium trop accessible et l’accusent de tous les maux, prétextant la dilution de la qualité, de la rigueur et du recul…
  4. Le gros hype pour la plupart des curieux qui s’inscrivent à Twitter, c’est de suivre leurs vedettes ou des gens connus de certaines niches. Combien vont réellement approfondir leur réseau pour en découvrir de nouvelles lorsqu’ils constateront avec dépit que Guy A. Lepage et Nathalie Petrowski ne les suivent pas en retour? Ça va durer combien de temps cette illusion bidirectionnelle?
  5. Dès qu’il y aura une piastre à faire avec ça, ne croyez-vous pas qu’un Facebook de ce monde va allumer et créer un équivalent (un profil public?), signant littéralement l’arrêt de mort de Twitter comme il est en voie de le faire avec Foursquare par l’avènement prochain de la géolocalisation des status ?
  6. Facebook et Google commencent à tellement en connaître sur nous et nos goûts qu’ils risquent de se suppléer à Twitter en nous proposant le contenu pouvant nous intéresser d’emblée. Considérant la tendance humaine vers la paresse, n’accueillrons nous pas une information venant à nous plus favorablement que celle découverte avec nombre d’efforts et de patience?
  7. C’est bien beau que Twitter soit plus « ouvert » que Facebook dans sa mise en relation avec les individus, mais dans une proportion non négligeable, plusieurs de vos followers se fichent de vous, et dans les faits, vous ne les influencez pas tant que ça. Et le pire, c’est que ce sera d’autant plus vrai à mesure que des inconnus se grefferont à votre gang de suiveux. Ça ne va pas vous lasser à la longue?
  8. Le poids de leur infrastructure croit plus vite que l’augmentation de leurs revenus. Le jour où ils devront déménager leur architecture système dans le cloud risque d’arriver tôt ou tard. De plus, en partageant son API, Twitter croît en importance et en portée mais perd en contrôle et en indépendance face à divers outils qui le complètent et l’améliorent. À terme, ne croyez-vous pas que les bonzes de Twitter ne seront pas réduits à de simples propriétaires d’un brand? Et dans cette optique, quel avenir pour leur modèle d’affaire déjà fragile?

Marquez la date.

J’annonce donc que Twitter va (sûrement) mourir (un jour).

6

Le Retwitteur

Publié dans Réseau Sociaux par Emile Girard

Je reprends une idée que j’avais développée sur HQ il y de ça quelques années, alors que j’avais réécrit les paroles de la chanson Le Déserteur de Boris Vian en l’adaptant au goût du jour (la guerre en Irak, le cas échéant).

Voici donc ma mouture 2010, relativement aux médias sociaux et leur utilisation un peu trop passive au Québec.

Le Retwitteur

Monsieur le commerçant
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps

Je viens de d’m'apercevoir
Que tous vos followers
Vous ignorent à faire peur
Et qu’il faudra y voir

Monsieur le commerçant
Moi je sais c’qu’il faut faire
Car je n’suis sur cette Terre
Que pour être influent…

Et c’est pas pour vous choquer
Il faut que je vous explique :
La seule chose qui excite
C’est d’être re-tweeté

Depuis toutes ces années
J’ai vu mourir les blogues
Une bien triste épilogue
Mais on s’était lassés

Grâce aux réseaux sociaux
On a vu l’émergence
D’une nouvelle tendance :
L’égo 2.0

Facebook a donc permis
De se mettre en contact
Sans même user de tact
Avec de faux amis

Plus gros est notre réseau
Plus on se frotte le bide
Comptant ses coquilles vides
Pour bien plus que des sots

Twitter c’est pas trop clair
Ça l’air qu’il faut en être
Y étaler sa quête
…en 140 caractères

Pour t’y positionner :
Pas d’création de contenu,
Retweet des gens connus
Attends le Follow Friday

Je n’donne pas plus de temps
Car 200$ de l’heure
Ça se paie sa heurt
Monsieur le commerçant

Sachez qu’au-delà de tout
Jamais je ne déconne
Sur Twitter on me nomme :
Social Media Guru

1

Mon année Facebook

Publié dans Personnel par Emile Girard

C’pas vraiment représentatif.

Remarquez que…

6

Au pied du mur…

Publié dans Blogue par Emile Girard

Y a de ces comportements sur Facebook qui me surprendront tout le temps.

Vous savez, le Wall, c’est un outil bien pratique pour envoyer un message public à quelqu’un. L’ennui, c’est qu’il existe de ces types qui s’en servent pour faire du PR et courtiser de jolies demoiselles avec un succès très relatif. Or dans ces situations, le contexte est fort important… et comme le Wall ne permet de voir que les messages des autres et non les nôtres, il arrive qu’on se retrouve avec des trucs du genre :

Mur Facebook

Premièrement, ça fait vraiment macro comme Wall.

Deuxièmement, c’est très drôle pour une tierce personne de déduire le comportement du type en question à voir le message laissé par les deux dernières filles… ça devait sûrement sonner du genre « Hey beubé, t’es pas mal sex, on va luncher?« .

Alors ma question : a-t-il eu du sexe avec #1 et/ou bien tentera-t-il une nouvelle approche avec #2 et #3?

La suite, sur son mur…

10

Anniversaire 2.0

Publié dans Blogue par Emile Girard

Je parle déjà de mon anniversaire 2.0 ici, mais j’aimerais ajouter sur cet espace le beau cadeau de publicité ciblée que m’a offert Facebook ce matin.

De la pub ciblée, sur un ton de « hey ducon branche-toi donc ».

Zéro efficace.

2

Messagerie Facebook

Publié dans Blogue par Emile Girard

Merci de m’avoir montré ça, Jean-Luc.

J’te paye une bière au Centre Bell ce soir en échange. YEAH!

J’ai bien aimé la lecture de ce billet, qui tente de montrer l’importance de faire rayonner son contenu sur des sites comme Facebook.

Si l’auteur nous parle en terme de gain net en trafic pour ses sites, ça m’a donné envie d’aller vérifier quelques trucs en grattant un peu plus… Et ce que j’y ai découvert, en gros, c’est que les visiteurs issus de Facebook semblent prendre leur pied sur Fanatique.ca !

En effet, un visiteur aboutissant sur Fan via un autre site (excluant Facebook) va passer en moyenne 2:26 sur le site, générer 3 pages vues par visite, et va s’en aller tout de suite après (bounce rate) à hauteur de 51%.

Si on exclue les moteurs de recherche de l’équation, donc qu’on s’en tient aux referers directs, on parle de durée moyenne des visites de 3:38, 3,5 pages vues par visite et taux de rebond à 42%.

À l’opposé, un visiteur aboutissant sur Fan par le biais de Facebook va passer en moyenne 9:35 sur le site, générer 6 pages vues par visite, puis rebondir à raison de seulement 34%.

Franchement étonnant !

Et personnellement, je préfère nettement ces visiteurs qualifiés et intéressés que 5 fois plus de eyeballs

1

Un test Facebook

Publié dans Blogue par Emile Girard

Je viens de mettre en ligne un test Facebook…

En fait, j’ai simplement créé une Fan Page pour Fanatique.ca afin de voir si, à terme :

  • Les gens vont utiliser cette plate-forme pour promouvoir le contenu qu’ils ont proposé à Fanatique ;
  • La communauté s’y établira solidement et échangera via le forum ;
  • Des utilisateurs y publieront des créations (textes, vidéos) ou encore des galeries de photos liées à leur présence ou participation à un évènement sportif ;
  • Il y aura un trafic considérable qui passera de Facebook vers Fanatique ;
  • Les deux entités établiront une synergie et une complémentarité ;
  • Je ne me ramasserai pas tout seul à tout mettre à jour.

Je vous tiendrai au courant des résultats obtenus, mais dans l’intervalle ça semble bien intéressant comme vecteur d’échange.

Tout passera (ou cassera) donc par l’implication de la communauté et de la pertinence réelle du produit.

À suivre…

Potin!

Elle se nomme Katja, elle est russe, et elle vient possiblement de remporter une part des 124M$ d’Alexander Ovechkin… tout ça pour l’avoir séduit via un genre de Facebook moscovite.

Ovechkin

C’est ce que rapporte cet intéressant sondage commandé par Branchez-Vous.

Et qui plus est, avec la version française qui vient d’être lancée, il est fort à parier que la tendance sera toujours en hausse au Québec au cours des prochains mois.

Mais bon, une nuance reste à faire… c’est une chose d’être inscrit sur FB, et c’en est une autre d’y être actif. Le lot de « voyeurs » qui s’inscrivent uniquement pour consulter spontanément une fiche doivent être légion…

Twitter @emilegirard

RSS Liens partagés

Mots-clefs

Ailleurs

Méta