J’essaie quelque chose, par curiosité (et mon propre bénéfice).

Ma Chérie et moi allons nous marier dans le sud cet été (à Cuba ou en République Dominicaine), plus précisément lors de la semaine de la St-Jean-Baptiste (du 19 au 27 juin).

Et jusqu’à présent, pas moins de 30 personnes ont manifesté le désir de nous y accompagner.

Nous sommes en ce moment en train de contacter diverses agences de voyage afin de voir avec elles quels forfaits seraient les plus avantageux, quelles destinations seraient les plus intéressantes, etc.

C’est là que j’ai eu l’idée de lancer (sauf erreur) le premier appel d’offres public pour agences de voyage. Je vais vous exposer nos demandes, et si, quelque part sur le web, existe un ou un agent de voyage qui désire se positionner comme pro-actif dans ce secteur d’activité de plus en plus concurrentiel, qu’il se manifeste!

En contre-partie, l’agent qui aura livré la meilleure soumission reportera un billet promotionnel sur cet espace, mon éternelle recommandation pour ses services via tous les médias sociaux sur lesquels je participe (Facebook, Twitter, etc.), nombre de liens vers son site web via mes billets de blogue traitant du sujet, les remerciements sur la page d’accueil de notre site de mariage et plus encore.

Nos besoins :

  • Destination soleil : Cuba ou République Dominicaine
  • 19 au 27 juin 2009
  • environ 30 personnes (on aimerait une soumission pour 20 et pour 40, si possible)
  • hôtel : minimum 4½ étoiles – idéalement 5
  • on souhaiterait aussi voir la possibilité d’avoir une activité incluse dans le forfait (genre, une croisière en catamaran)
  • le critère le plus important : le prix. Avec un si gros groupe, on s’attend à ce que le deal soit très profitable…

N’hésitez pas à m’écrire via le formulaire de contact ci-haut, par courriel directement à : emilegirard (a) gmail (point) com ou via les commentaires sous ce billet.

Merci, et bonne chance!

Pour ma part, je mettrai à jours les développements via ce blogue et sur mes comptes Facebook et Twitter.

Anecdote de voyage.

Dans un élan de nonchalence, je ne me suis pas crèmé les pieds lors d’une journée passablement lumineuse en République Dominicaine, avec pour résultat un coup de soleil de la mort. Mais la, VRAIMENT de la mort. Techniquement en fait, c’était une brûlure au premier degré.

Toujours est-il qu’avec ce genre de brûlure, tu ne peux pas trop trop marcher. Encore moins avec des souliers ou des sandales. Alors j’ai essayé tant que j’ai pu jusqu’à ce qu’une sympatique Suisse vienne me voir pendant que je mangeais :

- Je te regarde depuis tantôt. Ça pas d’allure ton affaire.
- Mes pieds ça?
- J’ai jadis eu des brûlures sur 50% de mon corps – je suis une grande brûlée – et je sais ce que tu endures actuellement et surtout ce que tu vas endurer demain si tu ne les soigne pas.
- Demain? Comment ça?
- Ça va pas s’améliorer, la brûlure va continuer son chemin dans ton épiderme et s’aggraver. L’infection va prendre. Bref, tu vas vraiment souffrir longtemps. Alors va MAINTENANT à la clinique de l’hôtel. MAINTENANT!

… ce que je fis.

Parce que bon, je me disais aussi que le rhum allait perdre de son effet anasthésiant pendant la nuit et que je devrais trouver une solution pour dormir.

Alors je suis arrivé à la clinique, et c’est là que la facturation a débuté. 125$ US pour la consultation, 150$ pour les injections d’anti-inflamatoires, anti-douleurs, ibuprofène (que je n’ai pas acheté, à 20$ l’unité considérant que j’avais amené des Advil avec moi).

< parenthèse >

Au moment d’avoir ma piqûre dans la fesse, alors que la seringue était à 2 pouces de mon derrière et que l’infirmière s’inquiétait de mon état après l’injection considérant que j’étais quand même pas mal feeling et que c’était pas trop compatible avec le médicament, ben : PANNE D’ÉLECTRICITÉ.

Dans tout le complexe!!! M’semble que si t’as UNE place pour mettre ta génératrice, c’est dans la clinique que tu la mets… pas dans la DISCOMOBILE!!!! Viarge!!

On m’a piqué je-sais-pas-quoi dans la fesse, en espagnol, éclairé par une lampe de poche, pendant que ma chérie tenait mon énième Rhum & Coke en riant de ma gueule et en prenant des photos que vous ne verrez JAMAIS.

< /parenthèse >

Au final :

- 450$ US pour un coup de soleil qui aura au moins guéri très rapidement.

- Une clinique qui s’en sera mis plein les poches en me vendant des gazes stériles à 8$ l’unité, des bandages à 12$ et un obscur « frais divers » �� 44$.

J’ai au moins j’ai une assurance qui va – normalement – tout rembourser. Je me suis plus que jamais senti heureux de compter sur nos soins de santé publics. Et je trouve que c’est bon de se le rappeler – même si c’est juste pour 450$ – une fois de temps en temps.

Tiré de la fiche du Saguenay-Lac-St-Jean sur Wikitravel…

It’s well known around Québec that people from the area use expressions you might not have heard before. Here is a few of them (in French, naturally.)

  • Cotteur – Possibly from the English « cutter »? Concrete demarcation between asphalted and non-asphalted land.
  • Faire simple – Being silly. Arrête de faire simple de-même, Stop being silly.
  • Froque – Jacket.
  • Plaisant – Fun, nice. C’est bien plaisant, It’s really nice.
  • À cause used instead of pourquoi – Why. À cause tu parles de-même?, Why do you talk like this?
  • Durex- Scotchtape
  • Robeur- From the english ruber, but meaning tires. M’a faire poser mes robeurs d’hiver bientot
  • Panel- Designates a mini van, or van in general. Viens-tu dans mon panel?
  • Colon- Having no style
  • Top- Cigarettes. Faut que j’m'achète un paquet de tops
  • Conne- Stupid, for a women. Ah… Te bien Cônne!

Twitter @emilegirard

RSS Liens partagés

Mots-clefs

Ailleurs

Méta